Nouvelles

Italie – Don Bosco retourne dans la prison des jeunes

lire plus

République Démocratique du Congo – Le Pape François le rappelle : l'avenir est entre les mains des jeunes

lire plus

Italie – « Une si grande église » pour une « si grande chose. » Le Cardinal Parolin au « Don Bosco » à Rome

lire plus

Erythrée – L’engagement des Salésiens et du VIS pour les jeunes dans le besoin


23 avril 2019 22:00 | Por admin
Erythrée – L’engagement des Salésiens et du VIS pour les jeunes dans le besoin

(ANS – Asmara) – Les Salésiens sont présents en Erythrée depuis 1995, et se sont installés principalement à Dekemhare, une ville située à 2060 mètres d’altitude, à environ 40 km au sud-est de la capitale Asmara. En 1996, le gouvernement érythréen a fait don d’un lot de terres aux fils spirituels de Don Bosco qui, même dans un territoire désertique, ont vu naître chaque année de nouvelles plantes, de nouveaux bâtiments et de nouvelles activités, le tout concentré sur un seul objectif : l’accueil des jeunes les plus pauvres et leur formation.

C’est ainsi qu’a été créée à Dekemhare l’école technique « Don Bosco Centre », qui forme aujourd’hui gratuitement environ 400 élèves par an, à qui, grâce aussi au soutien du gouvernement, de la nourriture est également offerte. Il offre également des activités récréatives pour les jeunes et des cours de rattrapage scolaire.

De plus, pour améliorer la qualité de l’enseignement, les Salésiens, en collaboration avec l’ONG « Volontariato Internazionale per lo Sviluppo » (VIS), organisent depuis 2001 des cours de recyclage pour les enseignants, tant du Centre Don Bosco que de toutes les autres écoles techniques du pays.

En 2017, les Salésiens et le VIS ont donc lancé ce qui est sur le point de devenir la deuxième école technique salésienne d’Erythrée, actuellement simplement appelée « Skill Development Center » (Centre pour le Développement des Compétences), située à Barentù, vers le Soudan, dans une zone isolée et en quête de développement.

Comme le veut la tradition salésienne, ces propositions éducatives s’adressent en premier lieu aux jeunes les plus nécessiteux, ceux qui ont quitté l’école et qui risqueraient autrement de rester en marge de la vie sociale.

Grâce aux huit cours de formation du centre Dekemhare et aux deux cours du centre de Barentù, les jeunes pauvres peuvent bénéficier d’une bonne éducation, de sorte qu’ils puissent trouver du travail.

Au-delà de leur engagement éducatif, les Salésiens et le VIS se consacrent aussi à favoriser le développement et l’autonomie des communautés locales en favorisant la construction de puits d’eau, condition fondamentale dans un pays souvent soumis à la sécheresse et à la famine. En ce sens, les jeunes de l’école technique sont également formés à l’entretien et à la réparation des puits.

Dans cette phase de détente entre l’Éthiopie et l’Érythrée, avec la réouverture des frontières après une guerre latente qui a duré de nombreuses années, la population érythréenne envisage l’avenir avec optimisme : les Érythréens et les Éthiopiens ont enfin pu à nouveau se serrer dans leurs bras, de nouveaux produits sont arrivés en Érythrée et les prix ont généralement baissé…