Nouvelles

RMG – Réunion sur l'importance du Bulletin Salésien dans un monde qui change

lire plus

Egypte – Visite d'animation du Conseiller Général pour la Pastorale des Jeunes

lire plus

Italie – Don Bosco Formation-Europe (DBF-EU). Vers une proposition commune de formation salésienne-laïque pour la Région Méditerranéenne

lire plus

République Démocratique du Congo – La solidarité au soutien de l’éducation, pour les familles frappées par l’incendie d’août dernier


13 janvier 2019 23:00 | Por admin
République Démocratique du Congo – La solidarité au soutien de l’éducation, pour les familles frappées par l’incendie d’août dernier

(ANS – Bukavu) – Le 17 août 2018, entre les rues Irambo et Pesage, dans la zone de Nyalukemba, à Bukavu, a eu lieu un incendie dévastateur, qui a détruit plus de 300 cases construites avec morceaux de bois et entassées entre elles. « J’avais écrit à divers amis en Europe, demandant de l’aide pour les familles qui avaient tout perdu dans le feu. Et j’ai reçu une belle réponse de générosité », commente le P. Piero Gavioli, missionnaire salésien au Pays, depuis plus de 35 ans.

En accord avec la ‘Caritas’ diocésaine, le missionnaire salésien a décidé d’aider les familles en payant les taxes scolaires de leurs enfants qui fréquentent l’école primaire. « Les responsables de la communauté chrétienne de ces quartiers ont conduit une enquête sérieuse, dans les maisons et à l’école, et ils ont établi la liste des enfants à aider », raconte le missionnaire.

A Irambo, le Centre Don Bosco a pris en charge plus d’une centaine de mineurs. Dernièrement, un assistant social du Centre Don Bosco de Bukavu, Bienvenu Karume, a visité les familles frappées par l’incendie et il a pu constater que quelques familles qui avaient reçu de l’aide en matériaux ou argent, des organismes publiques ou privés, étaient en train de reconstruire la maison. Mais, puisque les autorités n’ont pas adopté de mesures pour guider les habitants à construire selon le standard d’un plan régulateur urbain, on est en train de refaire les mêmes erreurs du passé.

« Papa a reconstruit une maison en tôles, où nous passons la nuit, mais en des conditions très difficiles : pas de lit, ni matelas et couvertures. Il fait plutôt froid…», raconte Lea, 12 ans, sixième de neuf enfants.

« Avec l’aide qu’il a reçu en nature et en argent, mon père a refait la maison, mais elle n’est pas encore terminée et il n’y a pas d’équipement, nous y vivons, mais c’est difficile », ajoute Ahana Babwine, 10 ans, huitième de 20 enfants.

Les familles qui sont rentrées chez elles doivent affronter beaucoup de difficultés : les maisons sont en tôles, les pièces ne sont pas séparées par des murs solides et souvent elles sont privées de tout. Et quand il pleut, elles sont victimes d’inondations, car le quartier est situé sur un terrain marécageux et inadapté aux constructions.

Voilà pourquoi le Centre Don Bosco a préféré investir l’aide reçue dans l’école des enfants. Au moins, grâce à la solidarité nationale et internationale, presque tous les enfants du quartier ont été inscrits à l’école et, avec cet espoir d’éducation, ils pourront, peut-être, construire un avenir meilleur pour eux et pour leurs familles.