Nouvelles

Italie – « Une si grande église » pour une « si grande chose. » Le Cardinal Parolin au « Don Bosco » à Rome

lire plus

Sri Lanka – Plus de 6 000 personnes bénéficient des dons alimentaires de « Salesian Missions »

lire plus

Italie – Don Bosco retourne dans la prison des jeunes

lire plus

RMG - Journée mondiale contre le travail des enfants : nous élevons la voix pour les millions d'enfants qui sont victimes de ce fléau


11 juin 2018 22:00 | Por admin
RMG - Journée mondiale contre le travail des enfants : nous élevons la voix pour les millions d'enfants qui sont victimes de ce fléau

(ANS – Rome) – Étudies-tu ou travailles-tu ? C’est une question que personne ne devrait poser à un enfant, car ils ont déjà leur place : l’école, l’aire de jeu, les salles de classe… Pourtant, environ 168 millions d’enfants sont victimes du travail des enfants. L’Organisation internationale du travail (OIT), qui a lancé la Journée Mondiale contre le Travail des Enfants – célébrée aujourd’hui 12 juin – et la Journée Mondiale de la Sécurité et de la Santé au Travail, s’est associée à une campagne commune pour améliorer la sécurité et la santé et mettre un terme au travail des enfants.

Lors de la Journée Mondiale contre le Travail des Enfants, nous nous souvenons des millions d’enfants victimes de ce fléau. Et le pire c’est que 73 millions d’enfants travaillent dans des situations dangereuses pour leur intégrité.

L’objectif 16 du Programme de Développement Durable à l’horizon 2030 insiste sur la nécessité de « Supprimer le travail forcé et mettre fin au travail des enfants sous toutes ses formes. » Les chiffres parlent d’une réalité effrayante : le nombre d’enfants exploités et maltraités a augmenté au cours des dernières années. Des milliers d’enfants travaillent dans l’agriculture, dans les mines et les carrières, ou comme enfants soldats et, plus terrible, exploités dans un système de traite et de commerce sexuel.

Les mineurs sont une main d’œuvre bon marché et silencieuse. Un enfant éloigné de sa famille, qui est maltraité, devient un travailleur silencieux et obéissant, parce qu’il ne connaît pas ses droits ou d’autres réalités. Mais derrière les chiffres, il y a des enfances qui ont cessé d’exister, des garçons et des filles qui occupent des emplois qui ne leur appartiennent pas et qui deviennent des adultes avant l’heure.

Les Salésiens dans le monde travaillent pour assurer qu’Anderson ne doit pas se lever à six heures du matin, du lundi au dimanche, pour aller au marché pour vendre des marchandises et que Pyalo ne doit pas se laver et préparer la nourriture dans la maison où il est employé ; que Noel ne doit pas passer ses journées à fabriquer des briques et Manuel ne doit pas descendre à la mine…

Nous demandons que la communauté internationale prenne les mesures appropriées afin que les enfants soient protégés, se sentent en sécurité et puissent exercer leurs droits. L’éducation est la base pour que les enfants ne soient pas exploités, puissent transformer leur vie et soient des agents du changement et du développement.

Source: Misiones Salesianas