Nouvelles

Italie – Don Bosco retourne dans la prison des jeunes

lire plus

République Démocratique du Congo – Le Pape François le rappelle : l'avenir est entre les mains des jeunes

lire plus

Italie – « Une si grande église » pour une « si grande chose. » Le Cardinal Parolin au « Don Bosco » à Rome

lire plus

Sénégal – Un petit projet agricole pour combattre l’émigration et pour crier : « STOP A LA TRAITE »


21 juin 2018 22:00 | Por admin
Sénégal – Un petit projet agricole pour combattre l’émigration et pour crier : « STOP A LA TRAITE »

(ANS – Tambacounda) – Un endroit inhospitalier et aride qui, même après la saison des pluies, redevient vite aride et improductif : c’est la région de Tambacounda, parmi les plus pauvres du Sénégal, marquée par la misère et le chômage. Et ce n’est pas tout, car, au cours des années, elle est devenue un carrefour du trafic des êtres humains qui, de l’Afrique subsaharienne transporte, qui n’a rien à perdre, vers l’Europe. Dans un endroit aussi besogneux d’espérance, ne pouvait pas manquer la Famille Salésienne.

A Tambacounda, les Salésiens animent, depuis les années ’80, une œuvre avec paroisse, oratoire et centre professionnel ;  depuis peu, l’association salésienne « Don Bosco 2000 » a ouvert un petit bureau de projets : en collaboration avec la Procure Missionnaire de Turin – « Missioni Don Bosco » – et l’ONG « Volontariat International pour le Développement », elle est en train de travailler pour favoriser l’éducation et la profession des jeunes et le développement de la microentreprise des jeunes, dans le cadre touristique, artisanal et agricole. En pratique, elle soutient le développement et l’économie locale en créant de concrètes occasions d’emploi.

Pour cela, elle a pensé d’impliquer, en première personne, 4 jeunes de la zone, émigrants potentiels – Adama, Jeronime, Maxime et Doudou – qui travailleront pour la réalisation d’un potager avec un autre jeune : Seny Diallo.

Le rôle de Seny est fondamental dans le projet : c’est un émigrant de retour, qui a été engagé dans l’optique du protocole de la « Coopération Circulaire » : en pratique, celui qui a fait l’expérience de la migration et rentre au Pays d’origine est formé pour devenir tuteur des autres jeunes et prévenir ainsi la traite.

Le projet prévoit le lancement du potager avec la préparation du sol, les semailles et la culture. A côté du lopin de terre, qui est propriété de Adama, on creusera un puits, indispensable pour l’irrigation. Puis il y aura la commercialisation des verdures (gombo, tomates, poivrons et autres produits locaux) sur les marchés de la zone.

Les jeunes impliqués ont été choisis sur bases de caractéristiques précises : Jeronime et Maxime ont fréquenté un cours de formation agricole ; Adama est le propriétaire du terrain, dans le village de Nettebolou, où sera réalisé le potager, Doudou est un expert paysan, et Semy est très motivé pour fournir aux autres une chance pour rester au Sénégal.

Ils ont tous l’avenir devant eux et ils ont le droit de le vivre en sécurité, sur leur terre, près de leurs proches.

Ultérieures informations sur le site : www.missionidonbosco.org