Nouvelles

RMG – Réunion sur l'importance du Bulletin Salésien dans un monde qui change

lire plus

Egypte – Visite d'animation du Conseiller Général pour la Pastorale des Jeunes

lire plus

Italie – Don Bosco Formation-Europe (DBF-EU). Vers une proposition commune de formation salésienne-laïque pour la Région Méditerranéenne

lire plus

Swaziland – Un échange juvénile entre jeunes de la rue


13 mai 2018 22:00 | Por admin
Swaziland – Un échange juvénile entre jeunes de la rue

(ANS – Manzini) – Du 23 avril au 5 mai, un groupe de jeunes d’Amsterdam (Hollande), a visité l’œuvre salésienne pour l’accueil des mineurs « Don Bosco’s Manzini Youth Care » (MYC), au Swaziland. Durant la visite, organisée par le service du volontariat salésien hollandais – « Don Bosco SAMEN » – et le MYC, les jeunes des deux pays se sont confrontés sur le thème de l’autosuffisance.

Le groupe des jeunes hollandais, 5 jeunes avec expérience de vie dans la rue accompagnés par 6 volontaires, a rencontré les jeunes qui participent aux programmes d’assistance du MYC, avec d’autres qui viennent de les quitter puisque ils sont devenus majeurs.

Dans les Pays Bas aussi, où l’assistance aux mineurs à risque est bien développée, arrivés aux 18 ans les jeunes doivent apprendre vite à de débrouiller seuls. Ainsi beaucoup de jeunes, en quelques années, se trouvent avec des problèmes de dettes ou autres difficultés.

Les jeunes de Manzini ont témoigné les mêmes difficultés et les deux groupes se sont confrontés sur l’autosuffisance. Ils ont découvert certaines différences, dues surtout aux différences culturelles sur ce qui marque une vie indépendante dans les deux sociétés. Cependant, beaucoup aussi les points communs : ils étaient d’accord pour établir qu’une certaine stabilité économique et une habitation soient à la base de la condition d’autosuffisance ; et, encore plus important, ils ont convenus que l’autosuffisance comporte l’effet de se sentir responsables de ses propres choix et aussi dans le fait de savoir que demander de l’aide en cas de nécessité soit un signe d’indépendance.

Le produit final du dialogue a été une pancarte avec des recommandations pour les organismes d’assistance qui aident les jeunes dans la transition vers la vie d’adulte.

Durant les rencontres informelles, comme durant les repas, le temps libre ou dans les activités sportives, entre les jeunes hollandais et ceux du Swaziland s’est établie une profonde compréhension, avec partage d’histoires et expériences de vie, liant un bon rapport entre eux. Les jeunes ont découvert que la vie de la rue à Amsterdam n’est pas tellement différente de celle de Manzini et, de l’échange, on a tiré des enrichissements réciproques. Par exemple, un jeune hollandais a dit de se sentir motivé dans le refus total des drogues après le témoignage d’un jeune de Manzini qui, après une longue bataille pour la réhabilitation, depuis un an et demi a tout à fait arrêté de faire usage des stupéfiants.