Nouvelles

RMG – Réunion sur l'importance du Bulletin Salésien dans un monde qui change

lire plus

Egypte – Visite d'animation du Conseiller Général pour la Pastorale des Jeunes

lire plus

Italie – Don Bosco Formation-Europe (DBF-EU). Vers une proposition commune de formation salésienne-laïque pour la Région Méditerranéenne

lire plus

Vatican – Jeunes saints pour renouveler l’Eglise et le monde


28 octobre 2018 23:00 | Por admin
Vatican – Jeunes saints pour renouveler l’Eglise et le monde

(ANS – Vatican) – 26 jours de travail, plus de 300 personnes engagées : Pères Synodaux, experts et auditeurs, 14 cercles linguistiques mineurs pour le travail en groupe… Après tout ce grand travail, que reste-t-il, à la fin du Synode des Evêques sur « Les jeunes, la foi et le discernement vocationnel » ? Certainement, le Synode a produit un document final très riche d’indications. Mais le Pape François a dit quelque chose de plus : « Le résultat n’est pas le Document… Nous avons fait ce document, nous l’avons approuvé. Maintenant l’Esprit le fera travailler dans les cœurs ».

Dans son discours improvisé à l’assemblée synodale, après l’approbation – votée paragraphe par paragraphe – du Document Final, le Saint Père a éclairci l’importance du Synode lui-même : il « n’est pas un parlement », mais « un espace protégé afin que l’Esprit Saint puisse agir ».

La vraie richesse produite par le Synode réside, en premier lieu, dans la plus grande connaissance que toute l’Eglise a, maintenant, du monde des jeunes et de leurs désirs, grâce à un parcours réalisé, coudes à coudes, entre les Pères Synodaux et les jeunes; il se trouve dans la conscience que l’Eglise et le monde ont un urgent besoin des jeunes, de leur enthousiasme et de leurs énergies : il réside dans l’accueil, même si en partie, des mille idées offertes pour renouveler la Pastorale des Jeunes dans les diocèses, les paroisses et les mouvements.

Après des semaines d’écoute de la voix du Christ à travers les jeunes, à la fin, les Pères Synodaux eux-mêmes ont voulu adresser une parole aux jeunes, par une lettre dans laquelle ils ont simplement affirmé : « nous voulons être collaborateurs de votre joie afin que vos attentes se transforment en idéaux ».

Les évêques et toute l’Eglise reconnaissent les faiblesses et les péchés, mais ils espèrent qu’ils ne soient pas d’obstacle à la confiance des jeunes ; car l’Eglise, en tant que Mère, est prête à les accompagner « dans tous les coins du monde ».

Certainement, l’élaboration du Document Finale n’a pas été aussi un acte purement formel : divisé en trois parties, chacune subdivisée ultérieurement en quatre chapitres, reprend la structure de l’Instrumentum Laboris, et donc il réfléchit les trois phases de ‘reconnaitre’, ‘interpréter’, ‘choisir’, comme étapes du parcours à mettre en pratique dans la vie de l’Eglise par rapport aux jeunes. Significatif aussi le choix de mettre comme préambule l’icône d’Emmaüs, c’est-à-dire l’image de Jésus qui se fait compagnon de route des hommes et qui les écoute avant de les corriger.

Dans les 166 paragraphes, le Document Final prend position sur une grande quantité de positions mises en relation avec le monde des jeunes : rôle des paroisses, accueil des migrants, les conditions de vulnérabilité, la sexualité, la liturgie, la formation au mariage, les espaces digitales, les diverses sortes d’abus, la mission…

Ce qui en ressort est que le parcours synodale n’est pas considéré terminé, mais il doit se traduire dans la phase la plus importante, cette de l’actualisation. Et l’horizon est celui de la sainteté. Le dernier paragraphe récite, en effet : « Le baume de la sainteté, généré de la bonne vie de tant de jeunes peut soigner les blessures de l’Eglise et du monde… Les jeunes saints nous poussent à revenir à notre premier amour ».