Nouvelles

RMG – Réunion sur l'importance du Bulletin Salésien dans un monde qui change

lire plus

Egypte – Visite d'animation du Conseiller Général pour la Pastorale des Jeunes

lire plus

Italie – Don Bosco Formation-Europe (DBF-EU). Vers une proposition commune de formation salésienne-laïque pour la Région Méditerranéenne

lire plus

Venezuela – « La limitation de l’accès à l’eau est ce qui pourrait transformer cette situation en une catastrophe sanitaire ». Message des Evêques : « J’ai soif »


03 avril 2019 22:00 | Por admin
Venezuela – « La limitation de l’accès à l’eau est ce qui pourrait transformer cette situation en une catastrophe sanitaire ». Message des Evêques : « J’ai soif »

(ANS – Caracas) – La crise humanitaire au Venezuela est de plus en plus critique. Une nouvelle, depuis la CNN, raconte cette catastrophe humanitaire, faute d’un gouvernement qui se perpétue sans sens. : « La femme de ma vie est morte parce qu’il n’y avait pas d’assistance à l’hôpital, parce qu’ils n’avaient pas de médicaments ». La Présidence de la Conférence Episcopale Vénézuélienne a lancé un nouveau message : « J’ai soif », articulé en trois points : « Réaffirmer la dignité de la personne Humaine et ses droits inaliénables ; les crimes contre l’humanité ; la nécessaire conversion ».

Ce message de la Présidence du Conseil Episcopal Vénézuélien (CEV), dont fait partie aussi l’évêque salésien Mgr Raul Biord, évêque de La Guaira, rappelle ce qu’a été dit il y a quelques semaines : « Cela fait mal de voir une mère qui porte à la morgue, dans ses bras, sa fille, morte durant la panne d’électricité. Cela fait mal de voir de dizaines d’enfants ensevelis parce qu’il n’y avait pas de médicaments ou d’électricité pour les sauver. Cela fait mal de voir les milliers de vénézuéliens qui doivent parcourir des milliers de Km à la recherche de l’avenir ».

« Plus que le manque d’électricité, c’est la limitation à l’accès à l’eau ce qui pourrait transformer cette situation en une catastrophe sanitaire dans un prochain avenir », a dit Susana Rafalli, de la Fondation ‘Caritas’.

La préoccupation de l’Eglise en ce moment est, fondamentalement cette de « réaffirmer la dignité et la centralité de la personne humaine ». Ils déplorent aussi les crimes contre l’humanité qui se vérifient dans le Pays, « sous le regard complaisant des autorités » et des Forces Armées Nationales, qui ne tiennent pas compte de ce qu’enseigne la Constitution.

Parmi les crimes, les Evêques citent « la déportation forcée de colombiens et vénézuéliens, sans suivre les procédures de la loi », « l’emprisonnement ou autres graves privations de la liberté physique », « la torture contre les prisonniers politiques », « la privation d’accès à la nourriture et aux médicaments » et « la disparition forcée de personnes ».

Dans leur message, les Evêques ont aussi exprimé leur « profonde préoccupation » pour les nombreuses coupures d’électricité au niveau national qui, entre autre, aggravent encore davantage la crise de la distribution et de la conservation des aliments et des médicaments ».

La CEV affirme d’être uni à la « clameur du peuple », et devant la non-gouvernabilité qui existe et qui a ses racines dans l’illégitimité du régime. Il est nécessaire reconnaitre la légitimité juridique de l’Assemblée Nationale pour entreprendre un parcours de compréhension et de solution ».